Page précédente Page suivante Retour à la page d'accueil cyclotourisme

De Bordeaux à Montpellier le long des canaux


Dimanche 20 août : Narbonne-Plage - Cap d'Agde


COMPTEUR
DST : 60.50 km
MOY : 16.48 km/h
TPS : 3h40
MAX : 54.3 km/h
TOT : 570.32 km
La nuit a été une fois de plus moyenne. Il y a eu du vent, ça secoue bien la tente. Hélène n'a pas très bien dormi : comme le sol était très caillouteux elle avait un peu peur de percer le matelas et le tapis de sol de la tente, donc pas d'appuis trop prononcés, ça l'a un peu stressé.
Réveil 7h30 et ce matin on change un peu le rituel : pas de petit déjeuner, juste une barre de céréales histoire de tenir le coup pour le pliage et les 5km de descente pour rejoindre Narbonne-Plage.
Petite pointe à plus de 54 km/h sans forcer. On aurait probablement pu aller jusqu'à 70 mais les sacoches d'Hélène partent en résonnance et déstabilisent fortement le vélo au-delà de 50.
En bas, petit déjeuner de luxe sur la terrasse d'un hôtel avec vue sur la mer, royal !

Nous prenons le temps, c'est le pied. Le serveur nous offre même l'assiette de beurre, confitures, miel !
Repos aujourd'hui, c'est dimanche, pas beaucoup de vélo !
Nous enchaînons avec la traversée de la route (10m) pour se poser sur la plage. La mer est trop froide à notre goût pour qu'on y trempe plus que quelques orteils. On se repose, on traîne, on prend le temps. Hélène écrit ses dernières cartes postales puis comme il commence à faire chaud et à y avoir trop de monde, on plie bagages.

La mer ! la mer ! Chargement de la vidéo... si la vidéo n'apparaît pas au bout de quelques secondes, mettez votre player Flash à jour via l'adresse suivante : http://www.adobe.com/shockwave/download/download.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash&promoid=BIOW On se pose sur la plage

Les vélos et sacoches nous attendent sagement devant l'hôtel. Petit à petit je deviens moins parano, je fais des efforts .On discute encore quelques minutes avec le serveur qui est épaté de savoir qu'on est partis de Bordeaux tout juste une semaine plus tôt.

On fait quelques kilomètres pour trouver la route et de l'eau. L'aire d'accueil des campings-car est tellement bien aménagée que pour avoir de l'eau il faut des jetons... super. Un gentil monsieur nous aperçoit et nous dévoile sa petite astuce, il y a un robinet d'eau potable derrière un terrain de tennis à 100m. Il nous emmène jusqu'au robinet en question, c'est agréable, les gens sont sympa.
On entame alors une espèce de traversée du désert de Gobi : des kilomètres de petites routes en plein cagnard, avec un vent de face assez violent, quasiment pas d'arbres, un espèce de marais... pourtant la Camargue est encore loin. On s'arrête au bout de 10 km pour déjeuner et s'abriter à l'ombre. On repart une heure plus tard décidés à rejoindre Agde.

En plein cagnard, ça tape ! En plein cagnard, ça tape ! Repos après un copieux déjeuner

Alternance vent de face/de dos et montées (dont quelques unes bien violentes) / et descentes beaucoup plus agréables. On roule, on roule, l'heure passe et Agde semble plus loin que nos prévisions nous avaient fait croire. Ces marais imposent pas mal de détours que nous n'avions pas prévus.

On aboutit un peu morts dans le premier camping pas trop luxueux que nous trouvons où personne ne nous accueille ! Direction un second (ce n'est pas ce qui manque les campings dans le coin, mais en trouver un pas 4 étoiles et pas à 35 euros la nuit c'est tout de suite plus délicat). On finit par le trouver, on s'installe : plus de 60 bornes au compteur, tu parles d'une petite étape et d'un dimanche "repos" !!!
Pas de bol, ce soir c'est "soirée magie et disco jusqu'à pas d'heure". Parfait pour nous papy-mamies couchés à 21h30, on sent qu'on va bien se reposer !