Page précédente Retour à la page d'accueil cyclotourisme

De Bordeaux à Montpellier le long des canaux


Mercredi 23 août : Montpellier - Nantes en train


COMPTEUR
DST : 0 km
MOY : 0 km/h
TPS : 0h00
MAX : 0 km/h
TOT : 674.81 km
Housse Deuxième effet kiss-cool : Outre le fait qu'il est quasiment impossible de se mouvoir dans les couloirs/portes du train avec le vélo, ça ne rentre absolument pas dans les espaces à bagages !!! Il y a des séparations verticales qui sont plus basses que la hauteur des housses... on peut juste arriver à les glisser tout en haut... mais même dans ce cas, le vélo dépasse de 30-40 cm dans le chemin, c'est pas top. De toute façon comme on a 2 vélos à caser, le seul moyen serait de les mette face à face (il y a deux compartiments qui se font face) ce qui aurait pour conséquence de bloquer totalement le passage. Retour à la case départ. On finit par caser les vélos derrière les dossiers de certains sièges. Comme les sièges sont inclinables, quand ils sont relevés ça laisse un espace derrière assez grand. On y case les vélos mais ce n'est possible qu'à la verticale. Espérons que le train ne soit pas plein sinon on est mal. Ca va râler si certains ne peuvent pas allonger leur siège... et ils auraient bien raison.
Finalement ça va, le train est loin d'être complet donc personne ne vient remettre en question notre barda.
La nuit est atroce, ce n'est vraiment pas fait pour les gens de plus de 1m70. Même en prenant 2 sièges, impossible de trouver une position confortable et encore moins de dormir. Hélène se repose un peu mieux mais par tranche de 1 heure ou 2.
Finalement quand le contrôleur passe vers 7h30 je lui demande s'il y a bien un fourgon à vélo car étrangement je n'ai vu personne avec des vélos sur le quai à Montpellier alors que c'est quand même LA grande étape du train, celle où il y a le plus de voyageurs qui montent. Il me répond que non, pas de fourgon à vélo.
Je fulmine ! Ma théorie se révèle donc totalement vraie : on nous ment. Ils vont se bouffer un de ces courriers à la SNCF !!!
A quoi il sert le picto "velo acceptés (mais payants)" sur le site ? Comment la nana de la gare (de bonne foi j'en suis certain) peut nous dire que le train accepte les vélos mais qu'il n'y a plus de place disponible alors qu'en réalité il n'y a tout simplement pas de places prévues pour les vélos.
"A nous de vous faire préférer le train" qu'ils disent ! mouahaha !!!

Lever de soleil Au moins le lever de soleil sur le paysage brumeux est superbe, ça compense un peu !

Vu le bazar à remonter et la fatigue, on appelle la mère d'Hélène pour qu'elle vienne chercher les bagages à la gare. Comme elle a des trucs à faire, nous rentrons en bus. Comme il n'est que 50 minutes plus tard (ah les joies de la province) on se pose dans un café pour prendre un petit déjeuner. C'est agréable le jus d'orange frais. On prend notre bus et on se vautre sur le canapé chez les parents d'Hélène. On traînouille, se lave, déjeune, retraîne et on s'attaque au nettoyage puis remontage des vélos. Gros problème : sur le vélo d'Hélène (enfin celui de sa mère), le fait d'avoir mis le vélo debout a tordu la patte du dérailleur. Il est très difficile de remettre la roue et dans tous les cas le dérailleur est complètement désaxé. Catastrophe, encore à cause de la SNCF et en plus ce n'est pas notre vélo.
Comme la patte est en alu et avec peinture métallisée vernie, on ne touche à rien, trop fragile. Les parents d'Hélène iront chez D4 faire corriger le souci. Combien vont encore nous coûter les conneries de la SNCF ? (Au final pas trop de mal, 25 euros de réparation : changement de la patte + main d'œuvre). Ouf, l'autre vélo n'a rien !
On karcherise, essuie, remonte, regraisse tout ce qu'on peut, Hélène nettoie la tente et l'heure tourne très vite, on range tout le bazar dans les sac à dos pour le retour sur Paris. Les parents d'Hélène nous déposent à la gare et nous voilà repartis pour 2 nouvelles heures de train entre les mains de notre compagnie préférée.

Voilà c'est fini, j'espère que ça vous a plu et que ce n'était pas trop long (vous pouviez juste regarder les images aussi :)

Quelques remarques
  • Hormis les déconvenues liées à la SNCF, nous sommes vraiment ravis de notre petite expédition.
  • A peine rentrés on a déjà envie de repartir, peut-être courant septembre un petit week-end en partant de Paris
  • Une très grosse envie de prévoir un voyage un peu plus long... peut-être essayer de rejoindre un pays plat et accueillant envers les cyclistes (Belgique, Hollande, ...) mais en tandem cette fois afin d'être toujours proches l'un de l'autre (pouvoir dictuer plus facilement) et lisser les différences de force physique.
  • On part donc à la recherche du prêt où de la location d'un tandem pour août 2007, si vous avez une piste, une suggestion, un tandem à prêter parce qu'il ne vous sert pas beaucoup... n'hésitez pas à nous contacter, nous serions ravis.
  • On n'a manqué de rien mais on doit pouvoir faire encore plus léger sans rogner sur le confort du bivouac. Chaque centaine de grammes gagnée c'est de la difficulté en moins pour avancer, c'est un vélo plus maniable, de la fatigue en moins à l'arrivée.
  • Merci encore aux personnes qui nous ont aidé dans la préparation et la gestion de ces vacances (prêt des vélos, stockage de notre matériel, trajets en voiture, acheminement de nos précieux matelas, repas de luxe, ...)
  • Merci à tous les gens qui ont croisé notre route avec qui nous avons échangé quelques mots ou parfois même de longs moments de discussion, c'est le côté agréable de ce type de voyage : le contact avec les autres ! Le vélo fournit le motif et facilite les contacts.

Si vous avez des commentaires, questions, ... n'hésitez pas à nous contacter via le formulaire prévu à cet effet.