Page précédente Page suivante Retour à la page d'accueil cyclotourisme

De Bordeaux à Montpellier le long des canaux


Jeudi 17 août : Castanet - Bram


COMPTEUR
DST : 73.83 km
MOY : 16.08 km/h
TPS : 4h31
MAX : 29.0 km/h
TOT : 389.63 km
Lever 7h, 2h20 avant le premier coup de pédale : de pire en pire. On avait fait ce constat il y a trois ans : difficile de descendre sous les 2h, on refait pareil cette fois. Entre le lever, la toilette, le petit dej', le rangement, le pliage de la tente, la remise des sacoches sur le vélo, le roulage et la fixation des matelas... ça fait beaucoup de choses à faire. On essaye d'optimiser petit à petit en plaçant les objets aux endroits stratégiques dans les sacoches, mais ça n'est pas suffisant. On gagne en confort dans la journée (pas obligés de tout vider pour trouver le réchaud ou le briquet) mais pas le matin !

Nous roulons tranquillement sur le chemin de halage qui est en bitume, c'est agréable. Nous papotons et roulons quelques kilomètres avec un couple qui fait une grosse étape avec le sac sur le dos, c'est toujours sympa ces rencontres. Le long du canal les gens sont globalement cools. Aussi bien les éclusiers que les promeneurs, joggeurs, on sent une mentalité ouverte, des gens gentils, prêts à donner un coup de main, ça fait plaisir à voir.

Un chouette lavoir Ecluse de Montgiscard Chargement de la vidéo... si la vidéo n'apparaît pas au bout de quelques secondes, mettez votre player Flash à jour via l'adresse suivante : http://www.adobe.com/shockwave/download/download.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash&promoid=BIOW

Ecluse de Montgiscard Chargement de la vidéo... si la vidéo n'apparaît pas au bout de quelques secondes, mettez votre player Flash à jour via l'adresse suivante : http://www.adobe.com/shockwave/download/download.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash&promoid=BIOW Un sympathique toutou

Autre rencontre improbable, un toutou tout gentil qui se couche sous un de nos vélos lors de notre déjeuner. Il aura même droit au gras de notre jambon de Bayonne !
Hélène est naze et s'allonge un peu. Nous prenons le temps, je lis l'historique du canal du midi dans le petit bouquin de Calas.

Nous repartons et dans l'ensemble ça va, Hélène pédale bien et le chemin reste assez praticable : terre bien tassée, parfois un pseudo goudronnage... c'est assez roulant.
Nous rencontrons pas mal de canards, on sent qu'on est au pays du foie gras. Notre passage ne semble néanmoins nullement troubler leur tranquilité !


Chargement de la vidéo... si la vidéo n'apparaît pas au bout de quelques secondes, mettez votre player Flash à jour via l'adresse suivante : http://www.adobe.com/shockwave/download/download.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash&promoid=BIOW Une triple écluse un peu avant Castelnaudary Nous traversons Castelnaudary et son grand bassin mais le cassoulet ça sera pour une autre fois.
Nous continuons et on se rend compte qu'on a encore oublié d'acheter des cartes postales... tant pis, on ira à la prochaine ville... qui n'est pas avant 15 km. Hélène est décidée, on ira. Et on y va. Ca commence à faire beaucoup de kilomètres (65-70). On trouve des cartes horriblement chères avec des encore plus chères dans celles qu'on a choisi (sans s'en rendre compte). Alors ceux qui en ont reçu, sachez le, on s'est ruiné :-)
Hélène veut un camping... A la gare (où on squatte les toilettes que la gentille demoiselle réouvre rien que pour nous) on apprend qu'il n'y a un camping que derrière nous, et assez loin. Même principe que d'habitude : hors de question de rebrousser chemin ! On remplit donc la poche à eau de 5L et retour près du canal pour bivouaquer. Hélène est assez contrariée d'autant plus que rien ne s'annonce très adapté pour poser la tente. Mais après encore quelques kilomètres on trouve un champ bien dégagé et accueillant. On s'installe, la vue est superbe. On craint un peu le vent donc on fait attention à bien choisir l'orientation de la tente et on arrime toutes les sardines solidement.

La toilette est complète mais rapide car le vent forcit. On prépare rapidos le diner. On est obligés de faire chauffer l'eau sous la tente tellement ça souffle ! Ce soir nous découvrons les plats lyophilisés décathlon, tout un programme !

Note pour plus tard :
Plancher sur un pare vent léger à base de plusieurs feuilles de papier aluminium superposées.

Bivouac Plat lyophilisé Chargement de la vidéo... si la vidéo n'apparaît pas au bout de quelques secondes, mettez votre player Flash à jour via l'adresse suivante : http://www.adobe.com/shockwave/download/download.cgi?P1_Prod_Version=ShockwaveFlash&promoid=BIOW

A la fin du diner, le vent à tourné à 90° et prend désormais la tente de plein fouet. Le linge est déjà quasiment sec et on récupère le fil pour faire une fixation de plus pour la tente. Ceinture + bretelles c'est plus prudent ce soir !
La pluie et l'orage arrivent, nous croisons les doigts pour ne pas avoir à quitter notre nid douillet au cours de la nuit si ça venait intenable. Je m'imagine déjà courant après le double toit dans le noir puis terminant la nuit enroulés dans ledit double toit à même le sol.