Retour à la page d'accueil cyclotourisme

Equipement



Deux catégories dans cette page :
  1. Une liste un peu à plat du matériel que nous emportons en randonnée avec éventuellement un court commentaire
  2. Des tests plus précis sur certains éléments de notre équipement, raisons de leur choix, notre avis...


Liste de notre équipement


Vélos :
Après avoir testé 2 vélos séparés jusqu'en 2006 nous sommes passés au tandem :
- Tandem Co-motion Speedster bleu (important la couleur :-)
- Remorque mono-roue extrawheel
- Sacoche de guidon Vaude étanche à l'avant et petite sacoche de cadre Vaude pour le guidon arrière (pas de modèle étanche malheureusement).
- 2 sacoches étanches Vaude sur porte bagage arrière (pour accès rapide à l'équipement utilisé en journée (vêtements froid/pluie, en-cas...)
- un porte carte Décathlon tout pourri qu'ils ont jamais du le tester avec une carte pour avoir fait un truc aussi nul : il fait pile la taille de 2 morceaux de carte (bien) mais le système de fermeture (éclair) empiète sur la largeur et il faut limite déchirer la carte pour la rentrer ! Il prend aussi la flotte par 3 côtés sur 4 ! Seul avantage : pratique à fixer sur le guidon arrière.

pompe à vélo : vérifier son fonctionnement avant de partir et son "utilisabilité" avec votre vélo (mini pompe 1er prix + pneus qui se gonflent à 8 bars = incompatible) !
multitool complet (avec plaquette qui fait clé plates et démontes pneus)... peut être remplacé par juste les clés spécifiques au vélo (plus léger, 2 extrémités utilisables au clés BTR (allen)...),
quelques rustines + le papier de verre + le tube de "colle" qui vont avec (vérifier aussi son état avant le départ, la colle d'un tube déjà ouvert s'évapore très [trop] vite)
une chambre à air de rechange.
2 casques
1 antivol U (500g pour un antivol "spirale" parfait pour des vélos pas chers) mais 1065g (ouch) pour le U justifiés par le prix et l'attrait de nos engins de randonnée. La tranquilité a un... poids !). J'aurai tendance à conseiller un U + un petit cable en acier très long et un petit cadenas pour facilement attacher remorque, casques, sacoches... Ca protège du vol opportuniste (mais pas des voleurs sérieux qui de toute façon auraient coupé un gros antivol spirale 4 fois plus lourd).
1 compteur Cateye sans fil (vive les A fil, mais peu se fixent sur la potence du vélo et non pas le cintre [le guidon]). Contrairement à Sigma les Cateye sans fil démarrent tout seul !
éclairage vélo à piles : rien ! A l'avant si besoin on utilisera notre lampe frontale, et à l'arrière le casque d'Hélène dispose de diodes rouges. C'est suffisant car on ne roule pas de nuit (et on aurait de quoi être vu si jamais on en avait besoin)

Si vous partez un peu loin de tout et longtemps vous pouvez rajouter un peu de matériel (1 chambre à air, 1 pneu pliable, des cables de rechange, quelques rayons, des maillons de chaîne... mais sachez tout de même que ce qui risque de casser sera probablement le seul truc que vous n'aurez pas en double. En 2006 nous avons cassé en tout et pour tout... un collier de tige de selle, une pièce que personne n'emporte en rab !)

camping
MSR Mutha Hubba HP (3 kg). Pas encore prêts pour le Tarp)
2 matelas gonflables Therm-A-Rest Neoair
2 sacs de couchage D4 s10 ultralight : 1000g chaque / température limite de confort : 11°C
petit réchaud MSR Superfly compatible avec tous types decartouches de gaz (vient remplacer un camping gaz s200 a cartouche perçable un peu dangereux)
popote alu (1 casserole + couvercle poelle) + manche (pas high tech mais pas trop lourd non plus !)
2 bols plastique (sert d'assiette aussi et c'est bien suffisant)
2 grandes cuillères plastique
2 fourchettes plastique
1 petit couteau suisse (pratique pour les ciseaux, la pince à épiler, le cure-dent... et le tire-bouchon :-)
1 opinel n°6 (le plus petit à virole, parfait)
1 mini-briquet bic
1 micro boite d'alumettes (10 allumettes, en cas de pb de briquet)
qq m de cordelette de 2mm de diamètre pour faire fil à linge et grosse réparation en cas de besoin.
qq mini pinces à linge (20g les 10)
micro bouteille plastique de sel
petite bouteille de sirop de menthe (trop marre de boire que de la flotte pendant 15 jours quand il fait chaud)

4 bidons (600-750 mL) sur le tandem (remplace 2 poches à eau de 2L car c'est pas génial d'avoir quelque chose sur le dos, donc on les mettait dans les sacoches de guidon sur le vélo mais sur le tandem ça n'est plus possible)
1 grande poche a eau de 5L pour le bivouac
1 paréo pour s'asseoir, faire nappe, pique nique, plage ... (200g... qu'est ce qui peut être plus léger ?)

Hygiène
1 tout petit flacon de... liquide vaisselle (parfait aussi pour laver le linge dans un camping [sisi])
1 demi ou mini éponge
1 demi serpillère ultra absorbante (fait office de torchon / serviette de table)
2 rouleaux de PQ sans leur centre en carton
2 serviettes de toilette de rando MSR : 92g chacune. Parfait.
crème solaire + après solaire (transvasées dans des petits flacons)
dentifrice en poudre (je suis fan)
2 brosses à dent
une brosse à cheveux pliante avec miroir (madame a les cheveux longs) : 42 g
3 petits savons (20g chacun) pour le corps et le linge (dans une antique boite de compeed, ça tient pile poil)
petit flacon de shampoing
qq cotons tige
1 ou 2 déodorants (Pour mesdames Nivea fait un spray tout mini)

Pharmacie
4 comprimés de paracetamol
4 comprimés d'ibuprofène
qq comp. de debridat et tiorfan (mal de ventre)
micropur
pansements/compeed
2/3 compresses imbibées d'antiseptique

vêtements (chacun ; inclus ce qu'on portera sur nous)
1 maillot de bain
1 sous-vetement (le maillot de bain fait le 2e)
2 cuissards
1 paire de gants (mitaines) de vélo
2 t-shirts respirants (manches courtes ou longues selon le climat attendu)
Si climat pluvieux : 1 t-shirt en rab : permet d'avoir quelque chose de sec pour dormir si on a pris l'eau et qu'on veut rouler au sec le lendemain... et de nouveau avoir quelque chose de sec au bivouac)
1 pantalon léger (modele short/pantalon pour monsieur : 250g) - 1 pantacourt léger + 1 pantalon pour madame
2 paires de chaussettes basses pour le vélo
1 paire de chaussettes étanches (Sealskinz) si climat pluvieux/froid attendu
1 paire de tennis très aérées qui sèchent rapidement (merrell water pro, Salomon tech amphibian...) si climat chaud ou fermées type chaussures de rando basses si climat froid
ou 1 paire de chaussures de vélo (Shimanot mt31) pour pédales automatiques + des surchaussures en néoprène pour la protection contre la pluie
et/ou 1 paire de sandales de vélo Keen Commuter (non encore testées)
1 polaire : millet powerstrech : 400g (chère mais géniale !)
1 coupe vent : millet thunder : 315g très bien pour le prix
1 paire de jambières idéalement coupe-vent (si temps frois). On a des D4 (douces mais prennent l'eau à la moindre goute) et des Gore Bike Wear (un peu moins agréables à porter mais coupe-vent en déperlantes)
1 poncho vélo D4
lunettes de soleil
chapeau

electronique and co
GPS Garmin Etrex Vista HCx
ultra compact numérique (Canon Ixus 850 IS) + quelques grosses cartes mémoire + 3 batteries (160g d'appareil + 17g chaque batterie supplémentaire. 1 batterie = environ 200 photos)
chargeur de batterie modifié pour charger sur la dynamo
chargeur Bush & Müller E-Werk sur dynamo de moyeu Shimano DH-3N80

lampe frontale : Petzl Tikka (fonctionne avec 3 piles AAA, environ 80 grammes tout compris). Largement suffisant, juste pénible le coup des piles (3 et petites) mais bon vu la durée d'utilisation on ne les change jamais. Si vous partez l'été et vous adaptez un peu au soleil, une simple micro lampe à led (Photon ou ses clones, Petzl e+ lite...) est finalement suffisante. Ca sert aussi d'éclairage pour le vélo.
Smartphone Apple iphone 4 : sert pour un peu toute la communication avec la famille et les amis (sms, email, poster notre position...), gérer les problématiques professionnelles (emails, back-offices...), avoir des infos sur la météo et sur la cartographie.
Amazon kindle (non encore testé) pour avoir de quoi lire en français hors de France sans surcharger le vélo de 12 kilos de livres (pratique quand on a une dévoreuse de bouquins avec soi).

divers
petit carnet pour noter le récit et tout ce qui nous passe par la tête
2 crayons
papiers (carte d'identité, quelques chèques [campings en France], quelques CB...)
billets train
argent liquide (dans un ziploc étanche alors :-)
fil/aiguille

Et toujours 2/3 bricoles auxquelles on pense au dernier moment.


Tests d'équipement


Préambule : ces tests sont totalement subjectifs et correspondent à notre avis par rapport à notre utilisation, nos besoins, notre pratique de la rando à vélo. Si justement vous voulez en savoir plus cette pratique, lisez les récits de nos expéditions... vous verrez que nos problématiques ne sont peut-être pas les mêmes que les votres ou au contraire que nous avons la même vision...
Bref, je ne mets pas "on pense que", "notre utilisation nous a montré que" à chaque fois, mais il faut bien prendre ces tests comme tels.
Si un élément vous plait, pour trouver où l'acheter votre ami est google, vous tapez le nom du produit et après une heure de recherche (pas énorme si c'est pour acheter un truc à 400 €) sur les différents sites vous aurez trouvé où l'acheter le moins cher. C'est comme ça qu'on fait et ça marche très bien.

Côté camping...

Tente MSR Mutha Hubba HP
Fruit de longues recherches et de tests de pas mal de tentes mais ça y est on a enfin trouvé LA tente qui nous convient :
Initialement une tente Lafuma 3 personnes, igloo simple + 3è arceau pour faire une grande avancée, presque autoportante, montage du double toit en premier : très bien, juste un peu lourde... mais surtout pas à nous (prêtée).
Elle a été remplacée par une tente Décathlon T4+ ultralight (4 kg) qui était un peu trop grande mais permettait surtout de ranger les 2 vélos dans son abside : super pratique... sauf quand on est passé au tandem... elle est clairement devenue trop grande !
Par ailleurs les arceaux avaient un problème de conception (pas propre à notre exemplaire mais bien à la série) et on a essuyé des casses et fissures à répétition... retour D4 pour remboursement.
Gros investissement du coup dans une Helsport Fjellheimen 3. Tente superlative dans sa fabrication et ultra légère (2.6 kg) mais avec 2 gros inconvénients :
- hauteur de la tente au niveau des pieds très basse + construction avec seulement 2 arceaux = espace intérieur un peu étriqué pas très compatible avec les journées pluvieuses sous la tente.
- pas auto portante = quand le sol devient dur on risque de ne pas pouvoir monter la tente (vécu dans un camping malgré le prêt d'un marteau, on a failli dormir à la belle étoile).

Nous l'avons donc revendue pour racheter la MSR Mutha Hubba HP. Si on résume :
"MSR" fait du bon matériel en général (on a pas mal de choses de cette marque.
"Mutha Hubba" c'est le modèle 3 places de la série Hubba, (Hubba : 1 personne / Hubba Hubba : 2 personnes / Mutha Hubba : 3 personnes).
"HP" c'est la version "3 saisons" de cette série qui normalement est très axée "été" en raison de la construction de la "chambre" (la partie intérieure) quasi intégralement en moustiquaire : léger mais glagla quand il y a du vent. La version HP vient donc compléter la gamme avec une chambre en tissu "plein" (mais toujours très léger). Parfaitement adapté à nos besoins.

+

- le poids : 3 kg pour un (vraie) tente 3 personnes c'est raisonnable.
- la forme : le système d'arceaux permet une habitabilité intérieure phénoménale. On tient assis, on peut se changer sans toucher les paroies de partout...
- le côté autoportant : la tente tient debout sans aucun piquet. Le double toit nécessite 2 sardines pour bien le tendre à l'avant et à l'arrière mais ça n'est pas vital sauf s'il pleut sérieusement. Dans un camping au sol dur, on a attaché l'un des côtés à notre vélo plutpôt qu'à une sardine, ça a fonctionné très bien.
* autoportant c'est aussi pouvoir monter la tente à un endroit et la déplacer sans souci ensuite (genre "ah en fait il y a une racine là" ou "c'est pas si plat qu'on avait imaginé")
* autoportant c'est aussi pouvoir secouer la tente pour virer toutes les feuilles, poussières, insectes écrasés... le matin avant de plier et de ranger la tente : très appréciable !
- les filets intérieurs (sur les 2 côtés) mais surtout au plafond, parfait pour faire sécher du linge ou ranger quelques trucs.
- existe en vert, un peu plus "granny smith" que vert camouflage, mais une fois dans la nature c'est relativement discret.
- le montage très simple et rapide.

-

- le prix
- éventuellement la fragilité (on verra dans le temps)
- le système de "hub" de l'arceau principal : c'est la pièce qui permet à 3 bouts d'arceaux de se regrouper. En cas de casse c'est irréparable et pour trouver des pièces de rechange c'est commande chez MSR (avec les délais qu'on peut imaginer)
- montage de la chambre en premier... sauf (à priori on va tester) si on achète le tapis de sol spécialement adapté qui permet de monter (et éventuellement d'utiliser) la tente sans la chambre.



Test/review de la tente en vidéo :


Réchaud à gaz MSR Superfly
Trouver du gaz est souvent une opération délicate : selon les pays ça se trouve plus ou moins mais en Europe ça va encore. Par contre on rencontre 3 grandes gammes de cartouches :
- les petites perçables camping gaz (presque uniquement en France)
- les cartouches à vis Camping Gaz (presque uniquement en France)
- les cartouches à vis d'autres marques : Coleman, Primus, MSR... (partout ailleurs qu'en France). Bien entendu ces cartouches ne sont pas compatibles avec celles de camping gaz !
Une chose est sûre : pour les 2 derniers types, très souvent quand on trouve un modèle on n'a pas l'autre. Si on simplifie : en France vous allez galérer à trouver une cartouche à vis Coleman/Primus/MSR (à part au Vieux Campeur et dans quelques Décathlon) et à l'étranger trouver des cartouches Camping Gaz va être très très sport !
Comme je le disais ça n'est déjà pas simple de trouver des cartouches de gaz sur son parcours (rarement dans les supermarchés à l'étranger par exemple) alors autant s'éviter le problème de la compatibilité.
On a donc choisi le réchaud Superfly de MSR, le seul (du moins quand on a acheté le notre) à être compatible en même temps avec les 2 types de valves.
Le principe est simple : au lieu d'utiliser le pas de vis de la cartouche, il se serre sur les bords de la valve et fait l'étanchéité autour du pas de vis avec quelques joints bien placés.
Bilan : plus de galère et d'interrogation "tu crois que c'est compatible ?", c'est simple, ça marche à tous les coups.
Le réchaud est par ailleurs bien construit et relativement stable (privilégier les cartouches de 450/470 grammes de gaz, plus larges à leur base)

Ce qu'on aime un chouilla moins c'est le fait que les supports de la casserole ne se replient pas très bien et il reste 2 pointes assez marquées qui aiment bien percer ce qu'il y a autour d'elles : donc il vaut mieux ranger le réchaud (sans la cartouches) dans la popote ou faire (ce qu'on a fait) une petite protection pour ces pointes afin de ne pas crever vos (très chères) sacoches étanches !

Matelas gonflable Therm-A-Rest Neoair
Ah le sommeil du randonneur... n'a pas de prix. Après avoir mal dormis sur un Artiach compact mat long (autogonflant de 2 cm d'épaisseur et 1 kg), testé les matelas mousse (plus léger mais encore moins confortables) nous avons jeté notre dévolu (et comme d'habitude nos euros) sur les récents matelas Neoair afin d'obtenir 6.5cm de confort pour moins de 400 grammes. Fragiles en apparence en pratique ils tiennent bien le choc. A privilégier dans une tente avec une protection du tapis de sol si jamais on dort sur des terrains un peu incertains quand même. Pas de crevaison à signaler pour l'instant et côté sommeil enfin un vrai confort (si vous dormez sur le dos ou le côté). Hélène est un peu moins convaincue (elle dort beaucoup sur le ventre) mais dans l'ensemble on dort quand même plutôt bien. Technique d'utilisation :
- gonfler à fond au début, pour pouvoir s'asseoir dessus sans l'écrabouiller et toucher le sol.
- au moment du coucher, une fois qu'on est bien allongé, déserrer doucement la valve et ajuster le gonflage jusqu'à obtention du confort désiré (sur le dos on sent les fesses qui s'enfoncent et le bas du dos qui touche enfin le matelas pour un confort ultime :-)

+

- confort
- poids (pour deux personnes passer de 2kg à moins de 800 grammes c'est énorme)
- bonne isolation (contrairement à un matelas de piscine à 5 € la structure interne du neoair empêche l'air de se déplacer dans le matelas et donc de refroidir le dormeur posé dessus)

-

- un peu pénible à gonfler (à la bouche)
- prix
- semble fragile
- Certains trouvent le matériau bruyant (nous on dort principalement avec des bouchons donc bon on s'en fout un peu...)


Sac de coucharge Décathlon S10 Ultralight
On avait en prêt 2 très vieux et très lourds sacs et on s'est fait offrir ce modèle de sac Décathlon.
Globalement ce sac est exactement ce qu'on peut attendre de lui. "Ultralight" façon D4, c'est-à-dire "pas trop lourd" pour un investissement modéré.
La température de 11°C est en effet le minimum au delà duquel vous ne dormirez plus agréablement. Et ne pas oublier, c'est 11°C habillé avec des vêtements longs.
Donc parfait l'été en Europe, si besoin on le complète avec un sac de soie pour gagner 1/3°C.
Maintenant je trouve que dès qu'on quitte la France par le nord on est déjà aux limites de ce sac... et ça n'est pas très rassurant de ne pas avoir de marge quand on commence en plus à avoir un climat humide (qui renforce la sensation de froid).

Le compromis poids/température/prix est toujours très délicat, mais je pense qu'un sac 5°C serait plus adapté si vous prévoyez de visiter le nord de l'Ecosse ou le Danemark par exemple.
Mes conseils vont également plus vers des sacs en plumes, plus légers et plus compressibles à température de confort égale... au détriment d'une plus grande sensibilité à l'humidité, donc gardez bien votre sac dans un sac étanche !
Un sac moderne avec 400 grammes de plumes devrait vous permettre de frôler les 0°C pour bien en dessous d'un kilo (mais prévoyez un budget conséquent). 600 grammes de plumes (ce qui fait un sac autour de 1kg, soit l'équivalent du S10 ultralight) et vous dormirez jusqu'à -5°C... bref au chaud toute l'année sous tous les climats (mais prévoyez 300/400 €).

Enfin dernier conseil, la seule température que vous devez prendre en compte dans le choix d'un sac de couchage c'est la température "limite de confort", c'est la plus élevée est ça sera la température réelle minimale à laquelle vous dormirez correctement. Toutes les autres plus basses veulent en gros dire : "vous ne mourrez pas d'hypothermie mais ne fermerez pas l'oeil de la nuit"... pas vraiment ce que vous avez envie de vivre pendant vos vacances non ?

Côté vélo...

Tandem co-motion Speedster
Déjà le choix du tandem par rapport au vélo : une révélation ! Il permet enfin de rouler chacun à sa force/rythme tout en restant groupé, toujours à portée de voix. Sympa pour discuter (même si souvent la réponse c'est "heu j'ai strictement rien entendu, il y avait une voiture"). Globalement on va dire que le tandem avance grace à la somme de la puissance de chacun, donc il faut bien être deux mais l'un peut forcer sur les pédales et l'autre accompagner le mouvement... ça permet aux d'être bien vannés à l'arrivée ou dans les montées et non pas (vécu en vélos séparés) d'en avoir un qui soufle comme un boeuf devant et qui peste face au dénivelé et l'autre qui sifflotte derrière. En tandem quand ça monte, les 2 en bavent bien comme il faut !
D'ailleurs à propos de montée, c'est là où le bas blesse : le tandem en montée c'est pas drôle, c'est lourd, ça colle au sol, et la remorque n'arrange rien... Nous les montées on évite autant que possible !
Par contre sur le plat (et en descente) le tandem prend vraiment son envol. La puissance de 2 cyclistes sur 3 roues prend sa supériorité sur le vélo traditionnel et on explose alors les records de moyenne avec grand bonheur !

Bref le tandem c'est un truc de personnes qui se supportent, qui veulent rester ensemble, proches, qui s'ajustent pour avancer à l'allure de l'un + l'autre et non pas celle de celui qui roule le moins vite... bref que du bonheur tant qu'on aime être ensemble :)

Le choix du modèle : que ce soit clair, la recherche d'un tandem c'est le parcours du combattant : Pour trouver le nôtre : on a cherché, on s'est renseigné beaucoup beaucoup et encore parce que le tandem, c'est rare, donc très cher, même pour un truc très basique. Tous les utilisateurs nous ont confirmé qu'il fallait du solide, du standard, ... afin de limiter les pépins mécaniques qui sont toujours TRES désagréables le dimanche au milieu de nulle part.
On a d'abord trouvé ce qui semblait notre bonheur chez Go-sport... rendez-vous compte, une enseigne grand public avec un super tandem !!! La copie quasi conforme d'un modèle 1.5 fois plus cher (lapierre x2 team). Du tout terrain, super bien équipé (des énormes freins à disque hydrauliques, une transmission haut de gamme, ...) Il y avait juste quelques problèmes :
- Impossible de le voir dans aucun magasin.
- La transmission (dérailleur, manettes...) est d'une marque moins connue que Shinano, avec à la clé des problèmes de compatibilité de dérailleur (va trouver un dérailleur SRAM au milieu de nulle part...)
- C'est le premier tandem de la marque... donc retour d'expérience nul... un peu risqué... surtout à la vue des premiers modèles de certains constructeurs (premières génération de "Look A2", quasiment 100% des cadres ont pété au niveau du pédalier)
- Plus aucun modèle dans la taille qui nous intéressait même chez le grossiste...
- En fin d'année toujours pas de modèle pour l'année suivante sur leur site alors que tous les autres vélos (vtt, bicross, ...) ont été mis à jour... de là à ce qu'ils arrêtent en fait la production de tandem...

C'est donc naturellement que nous nous sommes tournés vers l'original plus cher (le Lapierre), qui en est à sa je-sais-pas-combien-tième version ce qui est plus rassurant. On sait qu'on aura des frais à faire dès l'achat (pédales, bar-ends, changement de pneus...) alors on démarche directement les revendeurs parisiens. Mail, demande de devis, ... et là QUE DALLE. Incompréhensible, aucune réponse. Je renvoie 2 fois mes e-mails, rappelle au téléphone "heu vous avez eu mes mails ?" réponse : oui oui, ne vous inquiétez pas, mais comme c'est une demande un peu spéciale il nous faut un peu de temps pour faire les choses bien.
OK... sauf que ça fait 2 mois et aucune nouvelle... étrange les boutiques qui ne sont pas intéressées par du chiffre d'affaire... incompréhensible !

En parallèle, nous avons beaucoup suivi le marché de l'occasion... souvent pas grand-chose à se mettre sous la dent... beaucoup d'antiquités "révisées après la guerre" à 700 euros !!! Sauf... LA révélation : un beau tandem Co-Motion bleu pétant... un modèle d'expo de l'année précédente, totalement neuf (hormis les démos), vendu par une petite boutique du fin fond de la France et avec LE truc qu'il nous fallait : la possibilité de le démonter en 3 parties afin de pouvoir le transporter facilement en train ou en avion.
Par contre on joue dans une autre cour, tout point de comparaison est vain... C'est plutôt un vélo de route, mais suffisamment solide pour envisager les chemins sans trop broncher. Adieu suspension, cadre alu et freins à disques de descente et bonjour guidon de course, cadre en acier (mais au final il ne fait que 18 kilos), transmission ultra haut de gamme mais freins à patins... Il y a des concessions à faire... on pourra toujours rajouter un troisième frein à tambour par la suite si on est amené à faire de la montagne et que les freins à patins sont insuffisants. On a longuement réfléchi (le prix est très cher malgré la "semi-occasion")... mais on a craqué... on mangera des pâtes et des patates.

+

(NB : modèle 2005, ça a pu évoluer depuis)
- Qualité de fabrication superlative : le cadre, les raccords pour le démonter en 3...
- Transmission haut de gamme (Shimano Dura Ace, Ultegra, XTR...)
- Le cadré prévu pour fixer des portes bagages (à l'avant aussi)

-

- le prix
- le prix
- le prix
- les selles d'origine (à la vue des photos, ils ont amélioré ça depuis)
- guidon de course + transmission Shimano de 2005 = les câbles des vitesses sont dans le chemin et empêchent l'utilisation d'une grosse sacoche de guidon ;-(


Remorque Extrawheel
Il s'agit du premier modèle de la marque, qui a été abandonné depuis, donc je ne vais pas trop m'étendre.
Pour les modèles plus récents (voyager) le principe de base a été conservé (grande roue arrière, système de fixation) mais ils ont remplacé les 2 grands filets et les 2 gros sacs (2x60 litres) par 2 grosses sacoches traditionnelles, ce qui rend le système moins intéressant. Initialement pouvoir transporter 120 litres de matériel sur une remorque (pour moins de 200 €) c'était exceptionnel. Maintenant leurs 2 plus grandes sacoches font un total de 80 litres (et le prix a augmenté) ce qui remet la remorque dans la course avec les autres (Bob : 1 sac de 90 litres / 390 € vs 300 € pour l'extrawheel) La construction est correcte, le système de fixation étrange mais a tenu (5000 km sans souci)

+

- Roule très bien (grande roue de 700 ou 26 pouces)
- Grand volume de transport (120 litres, parfait pour mettre tout le nécessaire de camping à l'abri et la bouffe)
- Permet d'avoir les mêmes consommables (pneu, chambre) que le vélo
- Transport facile (ultra plate quand elle est vide)
- Le prix
- Roue standard = parfait pour y mettre une dynamo de moyeux + e-werk pour charger ses bidules électroniques

-

- Accès difficile au contenu des sacs
- Filets un peu fragiles (mais ça se répare)
- Système de fixation du drapeau mal faite, on a perdu 2 drapeaux déjà (système modifié sur la nouvelle)
- Construction qui fait un peu peur (mais c'est de l'acier, ça se ressoude, et RAS après 5000 km)
- N'est plus fabriquée
- Gros problèmes de frottement de la structure de la remorque sur la roue si on la charge mal... raison probable de l'arrêt de sa fabrication


PS : je ne reviens pas sur le sacoches ou remorque déjà largement évoqué dans la section conseils.

Pneus Schwalbe Marathon Supreme
Je suis un dingue de pneus, car vivant à Paris et roulant quotidiennement avec un vélo ayant des pneus de vélo de course, je peux vous dire que sujet crevaison je maîtrise !
J'ai testé un paquet de pneus/chambres et envisage toujours la possibilité de passer aux pneus pleins (pour le vélotaf pas la rando).
Pour le tandem on voulait quelque chose de résistant à tout mais sans pour autant doubler le poids du vélo. La crevaison en randonnée, vélo chargé c'est toujours pénible, donc si on peut limiter, c'est tout bénef.
Ce sont donc les Marathon Supreme qui se sont imposés... tant au niveau du choix que sur la route. Une fois qu'on a accepté la douloureuse (on peut acheter un vélo premier prix en supermarché pour le coût de 2 pneus) c'est vraiment du plaisir.

+

- tringles souples, pratique pour le montage (on ne s'arrache pas les doigts et n'explose pas les démonte pneus)
- très légers (testés en 700x35c)
- très résistants : 4800 km sans crevaison
- bande de roulement idéale pour nous (90% de route, 8% de chemins stabilisés, 2% de terrains difficilement pratiquables)

-

- le prix
- le prix
- le prix
- une crevaison à cause d'une marque dans la structure interne du pneu et non pas par perforation !


Selle en cuir Brooks B17
Après avoir eu très mal aux fesses sur la selle d'origine du tandem, puis très mal aux fesses avec la même selle que celle que j'utilise avec plaisir au quotidien sur mon vélotaf (confortable pour 5 km mais pas forcément 50). J'ai donc craqué et me suis fait offrir une selle en cuir Brooks. J'en ai lu tellement de bien qu'il n'y a pas d'erreur possible, c'est LE choix de ceux qui veulent rouler longtemps et confortablement (hormis le vélo couché ;-)
Après 1 mois d'utilisation et 2000 km le verdict est toujours "bordel c'est quand qu'elle se fait à mon postérieur je n'en peux plus".
Autant être honnête, le jour où je n'aurai plus mal aux fesses n'est pas encore arrivé. J'ai malheureusement l'impression que c'est pire que les années précédentes (Malgré l'application régulière de crème anti-frottement NOK, je douille comme auparavant sans crème) :-((
Au moins l'avantage c'est l'espoir. L'espoir qu'elle finisse par se faire à mes os sensibles et mon postérieur pas rembouré, chose qui n'était pas envisagle avec la selle en plastique, mais en attendant qu'est-ce que j'en bave !
Si j'ai un conseil si vous voulez acheter une selle en cuir : prenez un modèle déjà "rôdé" ou alors passez des heures à la rôder vous-même avant le départ (cad casser la structure du cuir en l'écrabouillant. J'ai lu quelque part une technique : écraser et frotter la selle avec l'extrémité d'un manche à balai entouré d'un chiffon). Et n'oubliez pas de la gorger de graisse sur le dessous pour assouplir le cuir. Je l'avais fait un peu, mais probablement pas assez !

Sacoches arrière Vaude (à priori modèle Aqua Back Plus)
Pour faire face au manque d'accès rapide des sacs de la remorque (et non pas pour stocker plus de choses !) nous avons complété notre équipement par une paire de sacoches à fixer sur le porte bagage arrière.
Nous aurions bien choisi des Ortlieb, super réputées, mais l'achat s'étant effectué en cours de voyage, nous avons pris ce qu'il y avait... et à l'usage je pense que ces Vaude sont aussi bien que les Ortlieb :

+

- Super étanches : on n'a pas à s'en préoccuper quand il pleut, c'est quand même plus pratique !
- Super résistantes. La "toile de camion étanche" c'est quelque chose.
- Super faciles à fixer : (absolument génial après avoir galéré avec des sangles et boucles à la noix de sacoches Décathlon et autres sous marques)
- Petites poches supplémentaires à l'extérieur, bien pratiques ! (Il n'y en a pas chez Ortlieb)

-

- Lourdes (commun à toutes les sacoches de ce type)
- Chères (idem)
- Malgré une sangle, pas très pratique pour s'en servir de cabas pour faire les courses : système de fixation d'un côté et Petite poche extérieure de l'autre -> ça frotte contre les jambes de manière pas agréable.


Petite sacoche de guidon Vaude (à priori modèle Aqua BOX mais en petit)
Beaucoup de points commun avec les sacoches arrière.

+

- étanchéité
- système de fixation rapide
- petite poche intérieure pratique pour séparer un peu le bazard
- mousse au fond pour protégrer le matériel des chocs

-

- trop petite (mais pas le choix au départ à cause du tandem et de ses cables de dérailleurs qui passent dans le chemin)
- pas de protection interne du système de fixation (têtes de vis apparentes) : attention à votre matériel fragile, ne pas mettre l'appareil photo en vrac dedans !
- un peu lourde (là encore c'est classique)


Petite sacoche de cadre Vaude Crusier Bag
Parfaite pour se fixer... sous le guidon arrière du tandem et ainsi donner une sacoche de guidon au passager arrière.

+

- Permet au passager d'avoir de quoi ranger ses lunettes de soleil, un mouchoir...
- Pas chère

-

- beaucoup trop petite
- Pas étanche
- système de fixation à scratchs un peu fastidieux


Appel aux tandémistes : on est vraiment preneur de suggestions pour quelque chose de plus grand et d'étanche... et qui ne gène pas le pédalage de celui de devant !

Dynamo de moyeu Shimano DH-3N80
Fonctionne très bien. Frottement non détectable quand on roule avec un tandem déjà bien chargé et une remorque. Le fait d'être en tandem fait qu'on a une roue avant très balèze (40 bons gros rayons) et que les dynamos ont au maximum 36 rayons... nous avons donc mis la dynamo sur la roue de la remorque (qui subit naturellement moins de contraintes que celles du tandem et était déjà une roue à 36 rayons)

+

- frottement
- poids

-

- prix (mais moins chère que son équivalent chez SON)
- le système de prise est tout sauf étanche, surveiller l'oxydation sur le long terme
- il vaut mieux acheter une roue neuve avec la dynamo, ça revient moins cher que de refaire rayonner une roue...


Pourquoi celle là plutôt qu'une SON 28 ? Pour le prix et le fait que Shimano ratrappe son retard en performances (frottement/poids) alors que SON n'a pas évolué depuis des années.

convertisseur alternatif/continu Bush & Muller E-werk
Pour charger les piles de notre GPS, les batteries de l'appareil photo (principalement) nous avons relié la dynamo de moyeu à ce convertisseur.
Il fonctionne comme prévu et permet de régler la tension et l'ampérage de sortie souhaité
En roulant, il stabilise très vite la tension (volts) et adapte l'ampérage jusqu'au maximum du palier réglé. En gros si vous avez réglé 5V/0.5A et que vous avancez à 2 à l'heure ça sortira 5V mais 0.1A. En accélérant, petit à petit l'intensité va augmenter jusqu'à 0.5A Ensuite même à 50 km/h en pleine descente ça restera à 0.5A (toujours à 5 volts) histoire de ne pas griller le bijou technologique que vous avez branché au bout.

Pour charger des piles/batteries pluieurs approches :
- bien : trouver un chargeur "officiel" qui accepte en entrée une tension continue entre 2 et 12V (chargeur USB, allume cigare ou chargeur traditionnel derrière transfo mural)
- barbare : relier directement les batteries en sortie de l'e-werk. C'est ce que je fais : un petit boitier avec les 2 batteries AA ou la batterie de mon appareil photo et hop ça charge nickel.

+

- fonctionne réellement et par touts temps (contrairement au solaire !)
- le couple dynamo+e-werk semble costaud et on peut compter dessus (tant qu'on roule)
- petit et léger
- multivoltage/ampérage

-

- molettes de réglages qui nécessitent un clé minuscule et facilement perdable (B&M en livre 3 dès le départ c'est tout dire). Ils ont déconné sur ce coup, en plus c'est pas simple à remplacer par autre chose.
- prix


GPS Garmin Etrex Vista HCx
Le GPS... utile, pas indispensable... dépend grandement des pays et des cartes papier que vous avez en complément : inutile si vous avez un topoguide au 1:25 000è. pas très utile si vous avez une carte IGN au 1:100 000è... mais tellement appréciable quand vous avez quelque chose de moins précis.
Je le précise si jamais c'était encore nécessaire, mais le GPS ne remplace en aucun cas la carte, pas forcément pour son côté "et on fait quoi s'il n'y a plus de piles ?" (on en a un jeu en rab / et s'il rend l'âme ? ben on ira acheter une carte à ce moment là ! Ca me rappelle les profs et leurs "et si votre calculatrice elle ne fonctionne plus vous faites comment ?" Ben on prend celle de son organiseur/pda/téléphone portable/ordi portable... ! non mais :-) )... bref le problème c'est plutôt le manque de vision "large". C'est très pratique pour s'orienter dans une ville ou pour savoir si "la petite route là c'est celle là sur la carte ou c'est une plus petite qui n'est pas mentionnée ?" mais totalement inadapté pour prévoir dans quelle direction globale on doit aller, quelle ville on va éviter ou traverser... Dès qu'il faut afficher des lieux qui ne sont pas proches de "où on est actuellement" ça devient vite galère : on dézoome et du coup on perd l'affichage des petites routes, donc on ne sait plus si on peut aller de telle ville à telle ville via des petites routes ou s'il faut prendre la nationale... Bref le GPS a des tas d'usages, est super pratique, mais a aussi des limites à bien avoir en tête.

+

- Petit et relativement léger
- Totalement étanche à la pluie
- Fonctionne avec les piles AA (R6) classiques
- Très bonne autonomie (par rapport aux concurrents)
- Ecran parfaitement lisible en plein soleil sans rétro éclairage
- Précis
- possibilité de mettre une carte Micro SD avec pleins de cartes
- On peut trouver gratuitement des cartes avec moyens alternatifs...
- De la même manière on trouve des petits hacks pour rendre l'affichage plus agréable et ressemblant aux cartes papier
- Possibilité de routage, itinéraires... (sans la voix)
- Enregistrement automatique de la trace (trajet parcouru) sur la carte SD... sympa pour "revivre" le voyage dans Google Earth au retour ou pour partager avec les autres.

-

- prix
- écran tout petit
- ergonomie discutable (petit joystick)
- lent (zooms, déplacements)
- cartographie de base ridiculement limitée
- cartographie chère
- cartographie très peu lisible pour les cyclistes (mais bien mieux après hacks [légaux])

- itinéraires proposés parfois farfelus en fonction des réglages (mode vélo = suggestion de 20 bornes de détours pour éviter 1 km de "grosse route départementale" tout à fait autorisée aux vélos)
- autonomie qui reste malgré tout faible (environ 2.5 jours de vélo avec 2 batteries ni-mh 2500 mAh), ça doit faire dans les 15-20h allumé en gros. Il faut avoir un sérieux plan de recharge si on veut le laisser allumé en permanence.


Smartphone Apple iphone 4
Partir avec un téléphone peut avoir un côté rassurant (on rappelle : le 112 est le numéro d'urgences général en Europe), maintenant en pratique c'est un élément de sécurité, et autant limiter la possibilité d'être joint pendant ses vacances.
Si comme moi vous vous servez principalement de lignes fixes et que vous ne communiquez pas votre numéro de portable à tout bout de champ, vous pouvez partir avec votre portable en sachant que s'il sonne c'est probablement pour quelque chose d'important.
Pour les autres (et en fait pour tout le monde) la règle numéro un pour rester "en vacances" c'est de mettre le téléphone en mode "avion" (donc couper toutes ses connexions) voir de l'éteindre complètement, sauf quand vous, vous avez besoin de l'utiliser.

Maintenant avec les téléphones qui font autre chose que de passer et recevoir des appels, ça devient plus intéressant, notamment :
- Pour avoir accès de temps en temps à ses emails. C'est moins intrusif que le téléphone et ça permet de donner et de recevoir des nouvelles des gens qui comptent pour vous.
- Les SMS aussi sont sympa (notamment hors France) car ça n'est pas cher.
- Avoir des infos sur la météo à venir (ex : "il devrait pleuvoir vers 19h, on va tâcher d'avoir planté la tente avant")
- Avoir des cartes précises sous la main (téléchargées à l'avance ou en live selon votre application / pays où vous êtes). Je recommande MotionX GPS qui permet de télécharger à l'avance des cartes (opencyclemaps notamment, avec des courbes de niveau) et les consulter offline.
- Pouvoir gérer si besoin des impératifs professionnels si jamais vos "vacances" requièrent malgré tout un peu votre implication (gestion de business sur internet, prise de rdv par email pour des professions libérales, etc...).
- Quelques distractions (petits jeux) quand il pleut pendant longtemps et que vous êtes coincé sous la tente.
- De la musique sous la main, agréable au bout d'un certain temps loin de la civilisation
- Réveil : tout bête mais pratique quand on part sans montre

Ce qu'il est difficile de faire (en gros ne prenez pas un téléphone de ce genre en croyant pouvoir faire ça) :
- Rédiger son journal de bord (clavier trop petit et pas pratique)
- Gérer pleinement une activité professionnelle via internet : l'écran même bon est petit, les bascules d'une application à l'autre compliquées... ça dépanne mais le confort est proche de 0.

+

- Tout en un, permet quand même pas mal de choses
- Fait aussi téléphone :-) (par rapport à une mini tablette archos ou un truc équivalent)
- Des applications pour beaucoup de choses (météo, cartographie, ...)
- Autonomie en veille (en gros en mode "avion" ça ne consomme rien, et ça prend 5 secondes pour voir si un réseau wifi est dispo lors d'une pause en ville... ce qui serait un peu pénible si le téléphone était complètement éteint)
- Appareil photo de secours, permet aussi de transmettre quelques images du voyage simplement (application flickr par ex)

-

- Autonomie qui descend en flèche dès qu'on l'utilise intensivement (wifi+gps ou jeux par ex). Prévoir un moyen de recharge efficace (dynamo...) en complément de la recharge sur la prise "rasoir" des sanitaires de campin (on ne laisse pas le téléphone seul recharger pendant 2 heures ou même simplement pendant qu'on est sous la douche, sinon il a tendance à partir en vacances de son côté...)
- Ne remplace pas un ordinateur portable
- Trouver un wifi "ouvert" n'est pas toujours simple à l'étranger
- Hors wifi à l'étranger, l'accès au net est proche de l'impossible à cause des coûts (à 2-3€ l'affichage d'une page de résultat de recherche Google ça fait mal !). Récupérer quelques e-mails ou mettre à jour la météo est néanmoins faisable.
- Pas de radio FM
- Clavier inadapté à la frappe de textes longs, même si c'est l'un des meilleurs claviers tactiles (sensibilité de l'écran + disposition des touches, correction auto...)
- Fragile : ne pas faire comme moi, ne pas laisser de trucs métalliques pointus (un petit crochet dans mon cas) près du téléphone, même protégé dans une petite pochette en tissu ! (grosse GRRRR) rayure(s) assurée(s)



Côté vêtements...

T-shirt manches longues en laine merinos Icebreaker Mondo zip
En un mot : parfait. Autant en manches courtes j'aime bien le synthétique et les t-shirts Décathlon respirants sont très bien (et pas chers) qu'on peut laver et faire sécher tous les jours s'il le faut, autant quand il fait plus frais/froid ça se complique et on peut difficilement partir avec n'importe quoi.
J'ai lu beaucoup de bien sur la laine Merinos qui peut maintenant être filée de manière très fine et qui donc ne gratte pas et a un aspect tout à fait identique aux t-shirts classiques... et c'est réputé pour ne pas puer malgré un usage intensif (ni l'homme ni le mouton :-)... j'ai donc voulu tester par moi-même... et ai été totalement convaincu !
Le modèle que j'évoque est un modèle avec un col haut à zip court qui permet de l'adapter à son humeur : froid, on ferme le col et ça fait presque un col roulé et quand on a chaud on l'ouvre et l'air frais vient nous rafraichir.

+

- Agréable à porter niveau température (non on n'a pas trop chaud quand il fait beau)
- On est bien même si le TS a pris l'eau
- Ca pue beaucoup moins vite que le synthétique. Je n'ai pas testé mais certains le laissent 1h au grand air au lieu de le laver et c'est reparti pour 3 jours sans odeurs...
- Ca sèche quasiment aussi vite que les TS respirants synthétiques (rien à voir avec du coton par ex)

-

- Très cher pour un T-shirt, là encore à relativiser avec le fait que c'est super désagréable d'avoir froid. Quand on caille on sortirait la CB et on paierait le double pour se payer de quoi avoir un peu plus chaud
- Un peu plus fragile que le synthétique
- Ca sèche quand même un peu moins vite que le synthétique
- C'est pas miraculeux non plus (contrairement à ce que les pubs pourraient vous faire croire... enfin c'est valable pour tous les vêtements techniques, je pense notamment à tous les "imper-respirants")