Page précédente Page suivante Retour à la page d'accueil cyclotourisme

De Paris à Den Helder (Pays-Bas) en tandem


Mercredi 15 août 2007 : Zandvoort -> Egmond aan Zee


COMPTEUR
DST : 48.24 km
TPS : 2h46
MOY : 17.47 km/h
MAX : 33.70 km/h
TOT : 858.6 km
La tente prend le vent de côté, pas génial La nuit a été longue... et mouvementée. La musique hardcore à fond jusqu’à 3h du matin n’a finalement pas été trop problématique (merci les bouchons d’oreilles), c’est plutôt la tempête qui l’a fait taire qui a été moins drôle. La tente se plie, la toile intérieure vient nous toucher les pieds et la pluie martèle le double toit. A 3h20 je sors en pleine tourmente remettre des sardines qui se sont fait la malle et qui cherchent visiblement à retourner à la mer :-) Entre 100% sable d’un côté (trop meuble) et début de bitume de l’autre (trop dense) on n’est pas gâtés. Un des coins de la tente se barre en vrille, les tentes tunnel ne sont pas top pour ça : elles reposent beaucoup sur les sardines. On se recouche. Rebouchons et quelques heures de sommeil grapillées. 5h30, rebelotte, LN tient le coin (un autre) de l’intérieur et moi je sors replanter tout ça. Ca souffle sévère. On comprend mieux pourquoi la majorité des tentes sont plantées dans l’autre sens, nous on prend tout de côté plutôt que de face, et vu la taille de la tente ça ne pardonne pas.
Je vais faire un tour aux toilettes et là c’est la folle activité. Ca rentre de soirée et les gens papotent, zen, une bière dans la main, un pétard dans l’autre. Ils ont l’air bien fatigués mais peu préoccupés par leur tente.
On se recouche en annulant le réveil prévu à 6h45. On verra bien, il faut se reposer avant tout... c’est les vacances non ! :)
Je me réveille malgré tout à 7h30, LN une demi-heure plus tard. Il vente tojours beaucoup mais c’est désormais juste le sable qui fouette la tente et non plus la pluie. On se lève : grand soleil ! Le pliage de la tente est assez folklo dans le grand vent, mais au moins elle est sèche. Première fois depuis le départ, un comble !
Départ 10h, en sortant du camping « gratuit », on tombe sur un petit panneau d’affichage : c’est le plan du camping... et là on découvre en fait qu’on est dans un petit espace d’une méga grand camping dont l’accès principal est à l’opposé de la petite porte « piétons / vélo » par laquelle on est arrivée et qui sert juste d’accès à la mer depuis le camping. On repart en sifflotant par cette même porte. Ca nous aurait fait mal de payer étant donné la nuit passé.


Ijmuiden : plutôt industriel Classique opération de décartonage sur le parking du supermarché Direction Ijmuiden pour prendre un petit bac (gratuit) afin de continuer plein nord. C’est assez industriel et on va plus loin (Beverwijk) pour faire nos courses finalement pas faîtes hier. Pas top optimisé, mais c’est les vacances. Aldi en premier (genre de Lidl, pas top), on ne trouve pas grand-chose. Du coup on arpente les rues à la recherche d’un vrai supermarché, mais ici ce n’est pas comme en France. Aussi bien au Pays-Bas qu’en Belgique ils ne semblent pas avoir d’hypermarchés. Ce n’est que des petites et moyennes surfaces, jamais indiquées 10 km à l’avance par des panneaux 4x3 mètres comme en France. Quand en plus on ne connaît pas les noms des supermarchés ça n’aide pas. On finit par demander, fait 2km de plus et on trouve un « Dekamarkt ». On fait le plein pour plusieurs jours, on peine à tout faire rentrer dans les sacs malgré le désormais décartonnage sur le parking. On trouve du gaz dans un magasin de bricolage mais c’est le grand format pour barbecue à gaz, espérons que ce soit compatible... enfin on a justement un super réchaud qui s’adapte sur toutes les cartouches à valve donc à priori ça devrait le faire.

Coin tranquille pour déjeuner Le luxe (pour nous) du repas qui suit les courses Le luxe du repas qui suit les courses

Quand on reprend la route il est déjà 13h45 et il fait faim ! On fait quelques km pour récupérer notre LF1 et on trouve une petite table sympa. Comme hier elle est en plein vent donc on n’essaye même pas de sortir le réchaud. Ca tombe bien avec les courses, on a du frais à manger (crudités, jambon blanc, fromage...). On a par contre un point d’eau : c’est la première fois. Comme je l’expliquais un peu avant, c’est le gros point noir depuis qu’on a quitté la France : trouver à se ravitailler en eau. Finalement on décide de partir le matin avec de l’eau pour la journée en en mettant un peu dans notre grande poche à eau de 5 litres. On consomme entre 3.5 et 5 litres dans la journée déjeuner inclus. 2.5 litres dans les bidons, le reste dans la poche à eau.
On repart assez vite et on rejoint Egmond aan Zee vers 16h. On prévoit une étape courte car le départ tard + les courses = on est assez décallés dans la journée. Ca permet également de récupérer un peu de la longue étape d’hier et de la nuit pas géniale.
Le camping est plutôt sympa, un peu abrité à priori mais on sardine tant qu’on peut : chat échaudé... En tout cas c’est beaucoup plus calme qu’hier. Mauvaise surprise : l’eau chaude est payante. Déjà c’est 15 euros la nuit donc dans la moyenne et en plus il faut raquer 0.5 euro pour 4 minutes d’eau chaude. Tout ça après avoir coincé une pièce dans le monnayeur car la nana du camping n’a pas jugé utile de nous dire qu’il fallait des jetons spéciaux (ni que c’était payant d’ailleurs). On a bien la haine, surtout que la première douche n’accepte finalement pas nos jetons et que ça fait 2 fois qu’on se déshabille/rabhille. Grrr.
Idem ensuite pour laver le linge : tu veux de l’eau chaude : tu raques, la vaisselle, pareil. On est navrés et on se demande ce qu’on paye dans les 15 euros !
Enfin ce soir c’est diner de luxe avec des pâtes (sisi) fraîches, des crevettes décortiquées, une petite sauce et des yaourts.
Par contre le temps se couvre et la pluie se montre... espérons quand même une nuit meilleure !

Premier essai de bouteille de gaz atypique : notre réchaud l'accepte sans problème, un soulagement Les Pays-Bas humides ? La preuve, même les baby-foots sont protégés