Page précédente Page suivante Retour à la page d'accueil cyclotourisme

De Paris à Den Helder (Pays-Bas) en tandem


Lundi 27 août 2007 : Chimey -> Laon -> Suzy


COMPTEUR
DST : 103.13 km
TPS : 5h26
MOY : 18.96 km/h
MAX : 55.19 km/h
TOT : 1693.6 km
Petit passage en forêt Petite hésitation... mais on a pris à droite !

Réveil 6h30 car une bonne journée nous attend. Avec notre décision il y a quelques jours de rejoindre la maison de ma cousine en 3 jours on s’est en fait imposé sans même se poser la question un rythme assez sévère. En gros c’était soit 4 étapes de 60 km soit 3 de 80. Comme on avait vu qu’on était plutôt sur du 75/85 km par jour on a directement décidé qu’en 3 fois ça le faisait. Mais 80 c’est la théorie ... et on a pourtant bien vu depuis le début qu’entre nos estimations et la réalité en fin de journée il y avait parfois une grosse différence, et toujours dans le même sens...
Bref, départ 8h30 : ça monte. On se paume un peu et hop 5 km de plus. On passe une nouvelle fois la frontière sans s’en rendre compte, c’est un peu dommage qu’il n’y ait pas une petite formalité, ou au moins un truc qui matérialise la transition autrement qu’une ligne sur notre carte. Enfin... On traverse des forêts superbes, enchaîne les belles bosses et les km. A 12h30, en pleine montée on tombe sur le lieu de pique-nique idéal près d’un court d’eau, avec table et tout le confort. Royal. On met la tente à sécher et je sors le fil à linge. C’est une des grosses difficultés cette année : il fait trop frais la nuit (11°C ce matin au réveil) et trop humide pour que le linge continue de sécher. Idem le matin. En plus on a assez peu de surface de séchage sur le vélo donc ce n’est pas top.

Déjeuner dans un coin tranquille Déjeuner juste à côté d'un petit cours d'eau Séchage de tente au soleil

Les classiques nouilles chinoises Les classiques nouilles chinoises

LN fait une petite sieste après le repas pendant que je range tout et on réattaque notre montée. Il fait super beau, on a chaud, un peu mal aux muscles et moi j’ai bien mal aux fesses. Je traine depuis déjà pas mal de jours un espèce de petit bouton mal placé qui ne s’arrange pas malgré des couches de crème.
Si le relief se calme un peu dans l’après-midi au fur et à mesure qu’on s’approche de Laon, on ressent par contre le difficile retour en France au niveau routier. Fini le cycliste « roi » et retour brutal au royaume de la bagnole. On se fait doubler à 50 cm à p0 km/h avec une voiture en face qui fait des appels de phare. Elles sont loin les pistes cyclables le long des nationales !
Petit arrêt ravitaillement « léger » dans un Leclerc, on retrouve les hypermarchés indiqués à des km et qui nous ont tant manqué :) Un peu de « frais » pour agrémenter le quotidien. En 30 minutes c’est réglé, arrêt aux toilette inclus : un record quand on sait l’ingéniosité des concepteurs de grande surface pour vous faire perdre un temps fou en passant dans tous les rayons.

Arrivée sur Laon, on aperçoit la cathédrale On reprend notre route en regardant la superbe cathédrale de Laon... de loin... tel un rêve inaccessible... car perchée beaucoup trop haut pour qu’on ait envie d’aller fatiguer nos mollets pour aller au pied : on contourne. Direction Prémontré et son abbaye avec au programme un arrêt cimetière pour ravitailler en eau pour le bivouac car pas de camping sur notre trajet. On est de nouveau en France, on se sent plus à l’aise pour trouver un coin adapté et justifier notre présence en cas de souci. On trouve un coin accueillant en pleine montée et on monte la tente rapidos. L’attaque des moustiques a déjà commencée. 80-85 km de prévus, 103 effectués, encore un bel exemple de notre imprécision légendaire. C’était une belle journée avec du relief bien comme il faut comme le prouve notre petite pointe à 55 km/h qui ne se fait forcément qu’après une belle et longue montée à 8 km/h ! On se fait une fois de plus la remarque qu’on n’est vraiment pas faits pour la montagne. Et pour le coup quand ça monte le tandem est bien désavantagé avec au passage l’impossibilité de se mette en danseuse, ça n’aide pas ! Notre tandem a d’ailleurs passé son 2000è km aujourd’hui sans incident notable. Le craquement du pédalier n’est plus qu’un lointain souvenir !