Page précédente Page suivante Retour à la page d'accueil cyclotourisme

De Paris à Den Helder (Pays-Bas) en tandem


Samedi 11 août 2007 : Brugge -> Brugge (jour de repos)


COMPTEUR
DST : 20.25 km
TPS : 1h46
MOY : 11.45 km/h
MAX : 25.39 km/h
TOT : 543.9 km
Brugge, les vélos sont rois Aujourd’hui journée de « repos », visite de Brugge. Le programme est néanmoins chargé car on veut commencer par trouver une solution à notre craquement de pédalier. On traverse donc la ville pour retourner au petit magasin indiqué hier. On trouve sans souci et après un auscultage rapide, le vélociste sort une grosse clé allen avec un manche de clé à cliquet de 30cm de long et resserre juste le pédalier (pas de boîtier avec les roulements à bille, juste le truc qui relie les manivelles entre elles)... comme on l’avait fait avant avec notre petite clé sur le multitool. Il nous dit qu’on va commencer par ça déjà. On ressort du magasin faire 200m dans la rue en stressant le tandem tant qu’on peu, debout sur les pédales : ça ne semble plus craquer. On fait un tour dans la boutique mais on ne trouvera rien de concluant à acheter pour le remercier parmi nos besoins (une sonnette, un cuissard pour LN...) Tant pis. L’important pour nous c’est que ce soit réglé :) Ca ne craquera pas de la journée... mais c’est plat donc ça ne force pas... on verra demain si ça tient.
Ensuite direction le supermarché pour trouver des compotes et du gaz... on a les compotes mais pas le gaz... on verra plus tard, on a une autre piste.

Canaux à Brugge Un tandem hollandais marrant, notez le parapluie ! Canaux à Brugge

On entame donc la visite de Brugge... à vélo ! Et ça c’est super. On se fait plein de petites rues, un peu au hasard afin de faire le tour, de voir les différents quartiers, de s’imprégner de cette superbe ville. Les vélos sont omniprésents, peu de voitures, le pied. Tout est aménagé pour les piétons, vélos mais aussi les handicapés, ça fait plaisir. Les voitures ne sont pas exclues non plus (ça c’est bien) mais c’est seulement que c’est tellement plus agréable et plus adapté au vélo que tout le monde le prend. On a souvent un clivage en France : les piétons râlent sur les vélos, les vélos sur les piétons et les voitures, les voitures sur les vélos... Ici on ressent vraiment que tout le monde a sa place et surtout la trouve naturellement grâce aux aménagements super bien faits et à la mentalité des gens : prenons en toute objectivité le moyen de transport le plus adapté au besoin du moment. Les gens ne viennent donc pas en voiture dans le centre qui doit faire 2/3 km de diamètre : aucun intérêt ! Sauf bien sûr pour repartir avec des achats encombrants par exemple. Ce mélange de civisme et d’aménagements intelligents (pas de sens interdits pours les vélos qui ne risquent rien comme je l’indiquais hier par exemple) est un vrai bonheur.
On s’imagine Paris comme ça... il y a encore beaucoup beaucoup de chemin à faire.
On a au passage retiré nos casques car on se sent mal à l’aise avec. On a l’impression qu’on va vexer les locaux en leur laissant penser qu’on estime que leur ville est dangereuse alors qu’il n’en est rien. Ici, hormis quelques cyclistes semi pro sur leur vélo tout en carbone qui roulent a 40 km/h de moyenne et les vttistes personne n’a de casque, ça en dit long !

Royaume du chocolat Une petite bière ? Brune ou blanche ? Les moules frites, incontournable

On déjeune dans une petite brasserie : moules, frites, bière. Tout ce dont on rêvait ! On se balade ensuite à pied, on flâne, on rentre dans les petites boutiques... et aussi dans une moins petite : un énorme magasin de bières, on se croirait dans une boîte de nuit fashion : musique électro à fond et plein de petites pièces sombres en enfilade sur plusieurs niveaux et des dizaines de mètres linéaires de bières : hallucinant !
On regarde aussi les dizaines de chocolatiers, miam... mais pas très transportables :-(

Monuments Monuments Monuments

On termine l’après-midi dans un café à siroter une autre bière et planifier la suite : aller chez A.S Adventure, une boutique de sport près du camping où on a l’assurance de trouver du gaz. On y trouve également un bon cuissard pour LN qui remplace le D4 neuf d’LN pourtant spécial fille et plutôt « haut de gamme » qui glisse et se découd de partout !
On y trouve aussi une paire de bonnes petites sacoches étanches pour épauler notre remorque. En effet le problème majeur de cette remorque c’est la difficulté d’accès au contenu des sacs pendant la journée : trucs à grignoter, coupe-vents, polaires... Délestés d’un petit paquet d’euros on ressort à la fermeture du magasin. Les vendeuses ont été super sympa : l’une qui parle super bien français fait la traduction de l’autre qui s’y connaît en cuissards, c’est gentil.
On retourne au camping, s’enfiler presque un kilo (cuites) de ravioles fraîches et on écrit nos cartes postales : première fournée. On termine à la lampe frontale... le sommeil est déjà là... Zzzzz...

Apotheek... la pharmacie Des dizaines de mètres de bières... Le contresens cyclable : omniprésent (sens interdit sauf vélo)