Page précédente Page suivante Retour à la page d'accueil cyclotourisme

De Nantes à Dax le long de l'Atlantique


Lundi 4 août : Carcans - Lège (Grand Crohot Océan)


COMPTEUR
DST : 50.13 km
MOY : 15.67 km/h
TPS : 3h11
TOT : 425 km
Réveil 6h00 car la météo prévoit beaucoup de chaleur. On parle même de canicule ! A 8h on quitte le camping, c'est sympa de rouler à cette heure. Il ne fait pas trop chaud, il y a peu de voitures sur les routes...
On déjeune sous les pins puis on s'enfonce un peu pour trouver la tranquillité et l'ombre. Malheureusement même sous les pins l'ombre est passagère et la chaleur étouffante. C'est très trompeur ces grands arbres. Ils font des dizaines de mètres de haut, mais en pratique hormis le dernier mètre tout en haut, toutes les branches sont cassées et sans épines. Finalement ce n'est pas ces quelques épines (vu leur profil c'est pas ce qu'on a fait de mieux pour faire de l'ombre) qui vont nous abriter du soleil.
En fin d'après-midi, direction la mer et premier bain de l'année pour moi. Enfin un peu de vent, heureusement car il a fallu escalader la dune avec les vélos... Olivier's parano inside. C'est un peu l'une des grosses problématiques du voyage : peut-on laisser les vélos seuls avec tout le barda dessus ? Mon naturel prévoyant fait que je préfère galérer 5 minutes pour pousser le vélo sur une dune ou faire les courses seul pendant qu'Hélène garde les vélos (ou inversement) plutôt que de me retrouver totalement dans la m**de et finir les vacances violemment parce qu'en revenant il n'y a plus ni sacoches ni vélos !

Enfin...

des tranches de pins :-) des tranches de pins :-) des tranches de pins :-)

Ce soir bivouac, mais nous prenons de l'eau dans un camping avant. Hélène vient de se faire jeter en beauté d'un petit restaurant qui refuse absolument qu'on remplisse nos gourdes vides... super l'aide aux déshydratés ! On la joue donc guerrier et je rentre direct (à pied) dans un camping comme si nous y résidions. Personne ne me demande rien et je remplis les poches à eau tranquillement. Sortie en sifflotant... aucun souci.

On s'enfonce donc dans la pinède, on monte la tente, et se lave. Diner rapide et coucher tout aussi prompt. Il fait toujours très chaud, même à 22h. On dort la tente ouverte, à poil et sur le duvet ! En fait il y a des bons centimètres d'épines au sol, ça fait un gros matelas qui absorbe la chaleur pendant la journée et qui la restitue ensuite toute la nuit... incroyable.


Les marques de bronzage Notre poche à eau de 5L Bivouac dans les pins à la tombée de la nuit